Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Tanzanie, jour 1 (2 novembre), Tarangire, part 2 (Mammifères)

Publié le par Stephan Peten

En compagnie de notre guide Tanzanien, nous voila enfin parti vers les espaces sans fin ...


Fidèles sentinelles du Tarangire, les baobabs nous acceuillent dès les premiers instants.


Situé à 1100m d'altitude, le Parc National du Tarangire ne fait 'que'  2600km² répartis en subtiles ondulations.


Les très élégantes Impalas sont visibles partout.


Les cornes du mâle sont typiques, "en forme de guidon de vélo" dira à maintes reprises notre guide ...


Bien qu'étant la plus commune des Gazelles, elle n'en est pas moins superbe !


Certaines rencontres ne s'oublient jamais !
Dans un décor grandiose, notre premier Elephant ...


On pourrait le croire petit vu l'imposante taille des baobabs ...


... mais l'Elephant d'Afrique est un géant !


A tout moment, la savane révèle ses beautés et ses perles ....


Parmi ses perles les plus convoitées, nous découvrons trois Guépards sur le point de s'assoupir.


Un peu plus loin, une première ligne de Gnous, toujours en quête d'un herbage moins sec.


Les Gnous n'ont pas la mémoire des endroits dangereux bien qu'ils soient de grands migrateurs. C'est pour cette raison qu'ils s'associent souvent aux Zèbres bien plus capables d'identifier les dangers.


La sécheresse a durement frappé la Tanzanie cette année. Ces Zèbres quittent le lit du lac du Tarangire complètement asséché !


Le cheval "pop art" par excellence ...


Le Zèbre vit en troupeau organisé où un mâle veille sur un harem de 1 à 6 juments et leurs poulains.


La fonction de sa superbe robe bicolore n'est pas encore élucidée. Certains pensent que son graphisme particulier perturbe les sens de la mouche tsé-tsé qui l'évite. D'autres pensent qu'il s'agit d'un effet de camouflage ou d'un procédé de régulation de température pour l'animal.


Quoi qu'il en soit, il reste un enchantement pour les yeux.


Zèbres et Impalas s'abreuvent au même point d'eau.


D'autres espèces d'Antilopes fréquentent le Tarangire.
Voici le Cobe à croissant.


Le collier blanc autour du cou et le croissant blanc sur les fesses sont caractéristiques de l'espèce.


Les cornes du mâle peuvent atteindre 1 mètre !!!


Aux pieds d'une thermitière, deux femelles de Cobe à croissant profitent de l'ombre.


Autre espèce de Cobe, le Nagor aux cornes plus courtes.


Le Cobe des roseaux est la troisième espèce du groupe des Cobes du Tarangire.


Où que les yeux se posent, ils ne rencontrent qu'immensité ...


Une Girafe ! Enfin ...


Cet herbivore démesuré peut atteindre 6 mètres de hauteur.


Les Egyptiens disaient d'elle qu'elle était le résultat de l'accouplement d'une chamelle et d'un léopard ...


Ceratinement le regard le plus doux et le plus attendrissant de tous les mammifères rencontrés en Tanzanie.


De la souveraine de la savane, nous nous retrouvons au monde des plus petits avec la Mangouste naine qui dépasse à peine les 20 centimètres.


Proches cousines, les Mangoustes rayées sont très sociables et extrêmement solidaires.


Pumba ! En voila encore un que nous attendions !
Le Phacochère est présent en petits nombres un peu partout mais reste assez farouche.


Ses défenses lui permettent de retourner la terre afin de déterrer bulbes et racines dont il est friand.


La savane est loin d'avoir livré tous ses secrets ...


Concentrès de colosses: le baobab et le Buffle africain.


Avec sa carrure de lutteur, il force d'emblée l'admiration et le respect.


Autre colosse, mais parmi les antilopes cette fois: l'Eland du Cap peut pesre jusqu'à 1 tonne !


Chez cette espèce, les femelles arborent également des cornes, certes moins imposantes que chez les mâles.


A l'opposé de cette antilope massive et lourde, on rencontre le Dik-Dik ne dépassant pas les 5 kilos ! Généralement confiant dans son mimétisme, le Dik-Dik ne fuit qu'au dernier moment.


Rencontre avec les Singes à présent ...


Comme toujours avec les Primates, leurs attitudes ne laissent pas indifférents tant beaucoup de leurs comportements nous paraissent familiers.
Une femelle Cynocéphale (Babouin )  transporte son rejeton sur le dos.


Attitudes chez un jeune Babouin ...








Retour à l'infini ...


Le seigneur ...


Intense émotion lors de la découverte de nos premiers Lions ( mâles de surcroît ! )


La force passe par le regard ...


L'heure se se mettre en quête de chair fraîche a sonné ...


On contemple.
On retient sa respiration.
Et on se retire sur les pointes des pieds ...


Parmi les Primates du Tarangire, le Vervet bleu n'avait pas encore daigné se montrer.


La journée tire déja à sa fin.
Retour chez les Elephants des plaines déssechées.


Toujours très attentive, l'Eléphante ne lache jamais son petit. Son instinct de protection est instantané lors du moindre danger.


Un Elephanteau se nourrit en toute quiétude ...


... le groupe familial n'est pas bien loin.


Les défenses de cette femelle sont véritablement impressionnantes !


La journée se termine déjà.
Bye bye, mes amis ...

Commenter cet article

Audrey 17/11/2009 19:46


Comme toujours tu nous fait rêver... Merci Steph pour ces splendides moments passés sur tes souvenirs.*


jo 16/11/2009 16:03


tes photos me donnent le frisson et me font monter les larmes aux yeux tellement elles sont belles. J'ai hâte de repartir en Afrique. J'avais oublié à quel point la nature est belle et combien nous
sommes si petits. Merci Stef pour ces superbes photos.


Coralie 15/11/2009 12:07


Ca change des oiseaux ;)
Quelles magnifiques rencontres et quelles superbes images!


thierry 14/11/2009 21:55


bravo et encore bravo Steph

c un véritable régal pour les yeux, tu rends à l'Afrique un sacré hommage

Amitiés

thierry


Mwa 14/11/2009 20:22


Je reste sans voix devant tant de beauté bien sûr, devant toutes ces espèces dont nous avons tous rêvé un jour, devant cette concentration d'animaux mythiques, mais avant tout devant la précision
et la beauté de TES clichés. Si je devais avoir un jour la chance d'aller en Afrique, jamais je ne pourrais ramener de tels souvenirs, si vivants, si parlant... merci de les partager ainsi avec
nous.
Encore une fois, je suis scotchée.